Forum RPG sur l'univers d'Eragon. L'histoire se déroule après la fin du quatrième tome. Venez participer à la renaissance des dragons et à la création de l'école des dragonniers !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tenebris [TERMINEE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tenebris fille de Lux
Plutôt bon
Plutôt bon
avatar


Fiche Personnelle
Race: Chat-garou
Groupe: Sans racines
Puissance magique:
450/1000  (450/1000)

MessageSujet: Tenebris [TERMINEE]   Mar 8 Mai - 14:50


Tenebris Griffe-d'Ombre


feat. Célébrité
La vue de l'esprit jamais ne trompe.

Identité


Âge: 150 années mouvementées sur la fin...

Groupe et grade: Chat-garou

Aspiration: suivre l'écriture de l'histoire à venir

Précisions: Allergique au thon...

Personnalité:
On a souvent tendance à attribuer les ténèbres à la malveillance, dire qu'elles renferment moult secrets terrifiants et créatures aux dents aiguisées dont le regard peut à lui seul faire perdre la raison à un sage, qu'elles sont la tanière des mauvaises gens, la couveuse des crimes et la maîtresse des cœurs impurs. C'est d'ailleurs à cause de ces idées clichées que tout le monde peut se dire que Tenebris est un surnom qui lui a été attribué plus tard, que c'est une sorcière, une criminelle, une voleuse, une créature ambitieuse et prête à tuer pour parvenir à ses fins, un monstre, une paria, une folle, une exilée, une traitresse dont la tête permettrait à son chasseur de finir ses jours enseveli sous une montagne d'or... Sottises. Tenebris a été nommée ainsi alors qu'elle était encore un nouveau-né pataud et aveugle qui tâtonnait maladroitement le ventre de sa mère pour trouver le lait. Aveugle elle l'était, et aveugle elle est encore. Son nom est Ténèbres, tout comme son monde. Elle n'est donc pas plus méchante qu'un autre chat-garou -sans doute un peu plus sarcastique, mais pas plus gentille non plus, et certainement pas moins intelligente. Mère Nature ne lui ayant pas offert la vie qu'elle désirait, elle a toujours tout fait pour être plus résistante que les autres et aussi plus féroce, car elle se savait condamnée par la sélection naturelle, et cette certitude lui forgea une volonté de survie plus robuste que tous les hivers et les famines.

Refusant d'être un poids pour ses proches, elle est consciente que si elle ne vit pas d'elle-même, elle se fera marcher sur les pattes par tous ceux qui la traiteront d'infirme, et cette alternative lui est purement insupportable. Forte de sa détermination et de ses quatre sens exacerbés, Tenebris a participé à la guerre contre Galbatorix, aux côté de ses frères de sang et sous le commandement de Grimrr Demi-Patte. Fille de Lux Tranche-Lune, chef de tribu respecté, elle a hérité de sa détermination et sa férocité au combat, ainsi que de la lucidité et de la fierté de sa mère. Pour ce qui est de la patience, elle l'a hérité des longs moments d'immobilité auxquels elle est souvent contrainte pour la chasse, ne pouvant suivre des traces sans odeurs ou des créatures sans bruit et le vent de côté. Bien qu'elle puisse adopter une attitude froide avec les êtres adultes toutes races confondues, elle est très douce avec les enfants, ayant pris l'habitude de se voir confier la garde des jeunes portées en l'absence de leur mère, en l'échange d'une part de gibier à leur retour. Elle parle peu, même avec ses semblables, et ne cherche pas particulièrement à tisser des liens solides avec sa famille, sachant pertinemment qu'un jour ses pattes l'entraineraient loin de ses proches, là où elle pourrait satisfaire sa curiosité sur les peuples d'Alagaësia et sur leur avenir. Bien qu'aveugle, elle possède comme tout chat-garou le don de voyance, qui lui parvient par odeurs, sensations et sons, les images lui étant définitivement inaccessible après qu'elle ait refusé catégoriquement de se faire soigner par les elfes accompagnant l'armée de Nasuada. Passionnée par les dragons, elle a souvent essayé d'imaginer à quoi ils pouvaient ressembler, rêvant de pouvoir en toucher un un jour pour en dessiner la silhouette dans le noir de son esprit. Portée par l'action, elle sent ses moustaches frémir à la simple mention d'Avenir, percevant que ce dernier s'annonce empli de nouveaux défis et enjeux. Elle n'accorde enfin aucune valeur aux notions de "bien" et de "mal", ne se permettant aucun jugement sur les agissements d'autrui et adoptant simplement le comportement qui lui parait être le plus en accord avec ses convictions.

Physique:
Apparence bipède :

Ombre gracile, démarche souple et langoureuse, l'enfant s'avança en promenant autour de lui un regard qui semblait être curieux, attentif, tandis qu'un petit bout de langue malicieux couleur framboise dépassait entre deux lèvres pulpeuses, allant et venant sur leur surface douce et tendre, ne retournant dans sa cachette que le temps d'une parole avant de revenir se balader et narguer le monde extérieur. Mais les yeux étaient aveugles et sa langue goûtait l'air plus qu'elle ne narguait qui que ce fut. De la même façon que sous son apparence féline lorsqu'elle entrouvrait la gueule, Tenebris se servait de ses papilles pour capter les odeurs et ainsi amplifier la sensibilité de son odorat, car sans lui elle ne serait pas plus apte à se déplacer que n'importe quelle aveugle de cette race empotée que sont les humains. Malgré son handicap, la jeune fille-chat se comportait avec un naturel déconcertant, ne laissant rien paraître de sa cécité. Toute vie respirant autour d'elle lui apparaissait comme un adversaire potentiel, et la première règle qu'on lui avait enseignée était simple: on ne montre Jamais sa faiblesse à un adversaire.

L'enfant fit un tour sur elle-même en mimant une valse solitaire, et sa longue chevelure rebelle grise, presque blanche, tournoya autour d'elle, l'enveloppant comme les pétales le cœur d'une fleur délicate. Bien qu'elle accentuait son inhumanité et l'empêchait de passer inaperçu en société, la couleur de ses cheveux était tout de même pour elle un sacré avantage, car elle pouvait justifier la pâleur de son iris et l'ivoire de sa peau: elle pouvait ne pas avoir suffisamment de mélanine pour colorer le tout, mais de ce fait elle éviter de trop s'exposer au soleil, ce dernier lui causant de terribles brûlures. De toute façon elle pouvait très facilement se protéger, après tout, elle n'était pas humaine... Un sourire s'esquissa sur le visage de la petite et une dentition infernale fit une apparition éclaire, mais suffisamment longue pour donner des frisson à quiconque l'aurait aperçue. Il ne faisait pas bon d'être l'encas d'une créature comme celle-ci, créature qui n'avait rien d'humain sauf peut-être l'ombre qui la suivait à la trace. Ses oreilles pointues semblait avoir était grossièrement taillées par un silex qui avait laissé de nombreuses imperfections sur leurs contours, trophées qu'elle avait hérité des combats qui avaient marqués autant son esprit guerrier que son physique désormais robuste et parcouru de cicatrices ça et là. Elle n'en avait pas autant que Grimrr Demi-Patte ou Solembum, néanmoins elle n'était pas peu fière que son corps raconte déjà plus de batailles à lui seul que celui de tout ceux qui étaient restés au camp des fougères-épicées tandis qu'elle et tous les chat-garous de sa tribus en âge de se battre et n'ayant pas à allaiter partaient offrir leur férocité à Argetlam et son armée. Posant ses mains sur son cœur, elle se rappela l'émotion qui avait fait frémir ses moustaches quand son père l'avait appelée pour participer à la guerre. Ce moment avant avait été pour elle le plus beau de sa vie, celui qui lui avait été offert pour qu'elle ait l'honneur de marcher avec ses frères et sœurs de tribu comme si enfin elle était devenue leur égale.

Éclatant d'un rire proche du ronronnement, l'enfant plongea vers le sol et l'instant d'après, il n'y avait plus trace de l'étrange petite fille.


Apparence féline :
Plus à l'aise dans son corps de chat, Tenebris poursuivit hâtivement sa route. Sa longue chevelure blanche s'était mue en un noir manteau, un pelage mi-long et bien entretenu qui brillait sous les rayons de l'astre du jour. Comme tout chat qui se respecte, Tenebris prêtait une attention toute particulière à sa toilette, non pas qu'elle rêva d'avoir un corps de rêve, mais parce que l'odeur qu'elle transportait sur elle après avoir traversé un bois où une plaine était si forte qu'elle n'arrivait plus à s'orienter convenablement. Ainsi, le nettoyage et le brossage était une activité qui occupait une grande partie de sa journée, sachant qu'elle passait parfois un bon quart d'heure à démêler les poils de sa queue qui ramassaient tout ce qui trainait dans les fougères, ce qui avait tendance à lui créer des nœuds douloureux et tenaces qui empiraient si elle ne s'en débarrassait pas rapidement. Agile et souple, sa silhouette est élancée, sa musculature lui dessinant des flancs épais sous la couche de poils soyeux, ainsi que des cuisses et des épaules fermes et puissantes.

Se ramassant sur elle-même comme un ressort, Tenebris bondit par dessus le lit d'une rivière dont elle percevait le doux clapotis depuis longtemps déjà. Puis elle tomba. Sa queue un peu trop longue pour sa taille avait été sa grande difficulté après sa cécité pour s'adapter à la vie, mais à présent que son corps s"était renforcé et qu'elle l'avait "domestiqué", elle était douée d'un parfait équilibre comme tout ceux de son espèce, et quelle que soit la hauteur de la chute, elle se savait parfaitement apte à se rétablir en très peu de temps. Pour ce qui était de la réception, ses coussinets plus durs que du cuir de Kull amortissaient sans frémir la force de la pesanteur qui cherchait à l'écraser contre le sol.

Réception silencieuse. L'ombre s'avança et disparut dans les hautes herbes. Plus loin elle déboucha au sommet d'un talus et son regard clair balaya le paysage tandis qu'elle humait l'air, la gueule entrouverte.
Ses yeux semblables à deux étoiles jumelles, tranchaient avec son pelage de nuit, lui donnant un air mystique ainsi qu'une apparente sagesse. L'animal bailla à s'en décrocher la mâchoire, dévoilant sa dentition redoutable, puis elle se roula en boule et ferma les yeux, petit charbon perché à l'orée de la forêt.


Arme(s): Ses griffes, ses crocs, ses deux poignards et sa magie

Histoire


un bruit, un souffle, un mouvement. Amour pré-naissant.

Un frémissement au cœur des chairs, puis deux paupières ambrées s'ouvrant en écho, luisant comme deux brasiers attisés par l'amour maternelle. La vie est là, elle l'a sentie. Trois petits cœurs pas plus grands qu'une griffe venaient d'entrer dans la cadence de la vie, commençant à battre la mesure pour une histoire à venir, une histoire où Elle serait guide. Un sourire félin se dessina sur les lèvres de l'étrange fillette aux traits de femme. D'une main elle caressa son ventre arrondi, tandis que de l'autre elle remontait la couverture sur sa silhouette. Le temps se montrait plus clément ces temps-ci, et en déambulant dans les rues de Dras-Leona, elle avait aperçu de petites violettes s'étirer timidement au bas de quelques façades, lui tirant un ronronnement de joie qui avait fait sourciller quelques passants. Le printemps revenait enfin, et pour la chatte-garou, cela signifiait qu'il allait bientôt falloir dire au-revoir à la vieille humaine Aurore qui l'hébergeait, pour rentrer au camp des fourrés-aux-milles-reflets et retrouver sa tribu. Elle savait d'avance que la vieille dame serait triste de son départ et lui demanderait de rester encore un peu, au moins jusqu'au retour de sa fille et son gendre, mais Eterna avait prévu de refuser. La vieille femme avait craint tout l'hiver que le voyage de sa fille se passe mal, ou qu'elle ne rentre jamais à cause de sa santé fragile et sa sensibilité au froid. Elle avait maintes fois traité son gendre de dépravé, d'inconscient, d'irresponsable de l'avoir entrainée la-dedans, mais évidemment cela ne les avait pas fait revenir plus vite ni n'avait tari ses craintes. Maintenant que le printemps revenait et que chaque jour devenait plus angoissant que le précédent sous ce toit, il était peut-être temps qu'Eterna dévoile à la vieille Aurore que sa petite famille serait de retour dans trois jours avec une grande nouvelle à lui annoncer...

Après cet aveu elle partirait enfin, elle rentrerait chez elle et reprendrait la chasse avec la meute jusqu'à ce que le terme approche. Avec cette chaleur naissante, les proies ne manqueraient pas et elle pourrait donner naissance à sa portée au cœur du printemps, comme prévu.

De son esprit elle effleura le plus doucement possible les petits êtres qui grandissaient dans son ventre, partageant son corps, sa nourriture et sa force. Elle voulait leur montrer qu'elle les aimait déjà, qu'elle serait une bonne mère pour eux et que quoi qu'il arrive, elle serait là, elle serait leur exil et leur paix... Toujours. Si elle avait pu, elle les aurait enveloppés d'amour et leur aurait racontés mille aventures pour leur permettre d'appréhender le monde, d'être préparés aux difficultés de la vie, mais elle ne pouvait trop se manifester pour le moment, car leurs esprits n'étaient encore que de petits pucerons vaguement lumineux qui restaient aussi immatériels que de légers rayons de soleil. Pour le moment ils se sentaient peut-être seuls, isolés, bien qu'en sécurité dans toute ce liquide amniotique protecteur et nourricier, mais bientôt il leur faudrait sortir, et affronter le monde. Il leur faudrait se dresser sur leurs quatre pattes, être fiers et ne jamais céder face à l'adversité, s'imposer, être rois et reines de leur propre existence, leur propre liberté. Elle leur enseignerait la sagesse, la réflexion, elle leur apprendrait à écouter leur intuition, à rester fidèles à leurs principes et interpréter leurs visions. A Lux, leur père, elle laisserait le soin d'en faire de redoutables chasseurs et guerriers, qu'ils sachent se battre pour se nourrir et tuer pour survivre, autant sous leur forme animal que bipède. Un nouveau sourire s'étira sur le visage d'Eterna. Elle avait beau se faire du souci pour l'avenir de sa progéniture, elle sentait au plus profond de ses chairs qu'ils seraient de robustes chats-garous dignes de leur sang.

Comme s'ils avaient entendu ses pensées, les fœtus remuèrent très légèrement dans son ventre, aussi subtilement que le frisson d'une jeune pousse par un matin printanier. Apaisée et rayonnante de bonheur, l'étrange fillette s'endormit.

Une présence, une caresse, une étreinte. Liens Maternels.

*Bienvenue*

Le message chargé d'amour et de tendresse rasséréna les chatons tout juste nés. Ils ignoraient le sens de ces mot, mais ils comprenaient que leur première sensation était "chaleur", et du haut de leurs dix centimètres, ils aimaient cette "chaleur". Déjà plein de vie et affamés, ils cherchèrent à tâtons autant les mamelles pleine de lait que l'esprit de leur mère, s'y raccrochant comme de petites gouttes de rosée aux pétales d'une fleur. Eterna Tendre-Brise émit un doux ronronnement en fermant les yeux. Elle découvrait avec plaisir les petites consciences encore floues de ses enfants venir se frotter à la sienne, essayant de lui montrer ce qu'ils ressentaient, petits messages saccadés qui apparaissaient derrière ses paupières comme un petit feu d'artifice crépitant. Heureuse mais épuisée, elle se laissa aller à un demi-sommeil, gardant le lien mental avec ses petits et une vigilance diffuse pour leur environnement, prête à trancher la tête au premier qui troublerait son repos.

Alors qu'elle venait juste de se laisser aller à une agréable rêverie, elle sentit une présence gratter à la porte de son esprit. Émettant un grognement de mécontentement, elle reconnut Lux, son dévoué compagnon à qui elle avait interdit comme aux autres membres de la tribu de s'approcher d'elle pendant l’enfantement, ne tolérant pas qu'il y ait le moindre bruit - ne serait-ce qu'un souffle- alors qu'elle était en train de donner la vie. Mais elle savait qu'en cet instant, Lux voulait simplement savoir comment elle et ses petits allaient, sachant pertinemment qu'elle ne le laisserait pas leur parler ni les approcher tant qu'elle ne serait pas reposée et eux, rassasiés. En hâte, elle expédia trois sensations à la volée: Calme, Joie, Grosse... non, Très Grosse fatigue. Puis elle ferma son esprit au chef de la tribu et se replongea dans sa transe réparatrice. Plus tard elle devrait lui dire... Oui, plus tard...


Des odeurs, des sons, le noir. Univers invisible.

La rumeur se répandit dans le camp comme une épidémie; un des chatons du grand Lux Tranche-Lune, le guerrier qui avait abattu de sang-froid un chien errant aussi blanc que l'astre céleste par une nuit sans lune, celui qui avait toujours dédié sa vie à la protection et à la survie des siens, ce célèbre et respecté chat-garou, un de ses chatons était frappé de cécité. En l'apprenant, les membres de la tribu se présentèrent à tour de rôle pour saluer la douce et sage Eterna qui surveillait les jeux de ses petits âgés d'un mois maintenant. Jusqu'ici elle avait tout fait pour cacher l'infirmité de sa fille, mais Lux avait fini par dévoiler la vérité à la tribu, une décision qui avait profondément peiné la jeune mère, bien qu'elle la sache inévitable. Elle s'était préparée à ce défilé aux allures funèbres, à ces mots de réconforts qui lui inspiraient plus de mépris que de gratitude et à ces saluts plein de déférences ! Elle était prête à supporter tout cela, sans broncher, sans sourciller, ravalant sa colère et son sentiment de révolte pour marmonner quelques remerciements. Mais il y avait une chose qu'elle ne supportait pas, c'était les regards consternés que les autres chats-garous, ses frères et sœurs de clan, lançaient à sa petite Tenebris qui peinait à se déplacer, trébuchant souvent et devenant le bouc émissaire de ses frères plus grands, plus forts et plus vigoureux qu'elle. Elle avait entendu une vieille femelle appeler sa portée "les prédateurs et la proie", mais en les regardant jouer tous les trois, elle ne voyait que de petits guerriers que seule différenciait la cécité de la cadette. "seule" car elle ne semblait pas influer sur les pulsions du petit charbon. Elle attaquait, et attaquait encore quand elle ratait sa cible. Elle écoutait, elle percevait, sa sensibilité auditive semblant se débattre pour combler l'absence de la vue. Une petite guerrière au sang pur qui faisait tout pour obtenir un respect que déjà si jeune elle recherchait, voilà qui était Tenebris, et si elle avait vu, elle aurait sans doute été la préférée de son père. Les mauvaises langues pouvaient aller bon train, Eterna ne pouvait croire que sa fille était destinée à mourir.

Tel un pied de nez à la Nature, la petite bondit sur son frère plus robuste et le plaqua au sol, cherchant à tâtons un point qu'elle pourrait reconnaitre comme étant sensible dans le but de l'immobiliser.

* La jugulaire sera ta meilleure cible, ma guerrière, elle saille sur le cou de tes adversaires, et elle murmure le rythme de la vie. Mets tes griffes ou tes crocs dessus et les plus féroces des loups deviendront de vrais agneaux*


En entendant son conseil, les trois chatons s'immobilisèrent, et Tenebris tenta timidement de chercher l'endroit dont parlait sa mère. Elle avait dit le cou... Le petit éclat de charbon chercha rapidement dans sa mémoire. Chaque matin quand Eterna lui faisait la toilette, elle nommait chaque partie de son corps qu'elle astiquait, et si ses souvenirs étaient exacts, le cou était après l'épaule qui pointait sous la peau, c'était une partie étrange de l'anatomie, quand il était détendu, la peau était comme un vêtement trop grand pour les muscles et tendons. Trouver la jugulaire ne fut pas difficile, elle pulsait si fort sous ses coussinets que Tenebris l'entendait même de là où elle était. Maintenant qu'elle était en position de force, le plus difficile était de relâcher la pression pour se préparer à une riposte de son frère, lequel n'attendit même pas qu'elle l'ait libéré pour profiter de son manque de vigilance, se jetant sur elle et lui fauchant les pattes avant d'un coup habile avant de la plaquer au sol, ses griffes arrêtées à quelques centimètres de des yeux qui les fixaient de leur teinte lactée sans les voir.

*Fidem, ça suffit !*

Eterna s'avança vers ses petits, prête à intervenir. N'en tenant pas compte, Tenebris feula en sentant le souffle de l'attaque lui caresser le museau avant même que son visage ne soit à la merci du chaton roux. Il se moquait d'elle, la provoquait pour sa petite satisfaction personnelle. Prise de colère, elle avança délibérément la tête pour le forcer à rétracter ses griffes, lui signifiant clairement qu'il en faudrait plus pour l'intimider, et qu'il pouvait toujours lui crever la cornée, elle ne pleurerait pas aujourd'hui la vue qu'elle avait perdue avant même de l'avoir gagnée. Méprisante, elle se redressa d'un mouvement d'épaules et s'éloigna d'un pas digne, tous ces sens valides en éveil pour ne pas trébucher, ses moustaches plus longues que celles des autres rapprochées du sol comme des sondes. Son esprit se ferma aux excuses creuses de ses frères et aux réprimandes de sa mère. Elle avait beau être aveugle, cela ne l'empêcherait pas de vivre, et encore moins de se débrouiller seule. Pleine de tristesse et de rage, elle se jura qu'elle ferait ses preuves !

Une vie, un défi, une battante. Tenebris.

La petite chatte-garou survécut, inspirant une certaine surprise mêlé de respect pour ses proches. Tous pensaient que la sélection naturelle ferait son travail en l'éliminant durant l'hiver, mais le printemps était venu et l'enfant était toujours bien vivante, plus robuste et plus fière que jamais. Elle ne savait pas encore chasser seule, trop maladroite et se fatiguant vite à force de pousser ses sens jusqu'à leur limite pour être la plus réceptive possible, ainsi son père décida qu'elle resterait au camp à s'occuper des nouveaux-nés, permettant ainsi aux femelles de se dégourdir les pattes en laissant leur progéniture sous surveillance, restant toujours connectées à l'esprit de Tenebris qui leur faisait pas de tout ce qu'elle sentait et entendait aux alentours. C'est pendant ces longs mois passés à veiller sur les tout petits que la jeune chatte-garou apprit à se faire respecter d'au moins une partie de la tribu. Les chatons l'aimaient comme une grande sœur, et cette affection leur était bien rendue. Quand aux mères, elles devaient bien reconnaitre que la jeune aveugle était parfaitement digne de confiance pour la protection de leurs petits, surtout après un certain incident; Alors que les chasseurs étaient partis depuis une bonne heure, un renard était entré à pas feutré dans le camp tandis que Tenebris jouait avec les petits de Ecail et Lys. La chatte-garou avait réagit au quart de tour, alerté par l'odeur et les émanations de l'esprit sournois et affamé. Le prédateur roux n'avait pas fait un pas entre les fourrés que déjà Tenebris lui bondissait sur le dos, plantant ses crocs dans ce qui devait être sa nuque, lacérant ses flancs tout en labourant ses reins de violents coups de pattes arrières pour le faire choir dans la poussière. Elle laissa sa fureur s'acharner sur l'animal qui sentait fort la charogne, jusqu'à ce que les gémissement de ce dernier fassent éclater sa bulle de rage et la pousse à lâcher prise.
Depuis lors, Lux reconsidéra la perspective de laisser sa fille reprendre la chasse avec les autres. L'endurance viendrait avec l'entrainement, et elle avait mérité une seconde chance de se prouver bonne chasseuse.

Au fur et à mesure que les saisons passaient, la tribu changeait de camp pour toujours être dans les zones les plus agréable et riche en proies de la forêt. Elle passait le printemps au camp des fourrés-aux-milles-reflets, nommé ainsi pour les gouttes de rosée qui illuminaient les feuilles durant la journée, faisant miroiter la petite clairière. Quand arrivait l'été puis l'automne, ils se rapprochaient de la rive du lac Leona, s'installant au camp des fougères-épicées, qui comme leur nom l'indiquait, dégageaient un tel parfum qu'elles camouflaient l'odeur des chats-garous installés là, protégeant les jeunes des renards et autres prédateurs. Puis l'hiver faisait son entrée et les femelles enceintes ainsi que les plus jeunes se séparaient de la tribu pour se rendre à Dras-Leona où ils pourraient compter sur la générosité de quelques humains pour obtenir nourriture et logis.

Les années passèrent rapidement pour Tenebris dite Sans-Vue. Elle passait tout son temps libre à exercer ses sens pour devenir aussi redoutable que ntout guerrier du clan, et à force de persévérance, elle y parvint.
Ses sens exacerbés ainsi que son esprit doué d'une étrange extensibilité lui permirent bientôt de chasser, de nourrir la tribu au même titre que n'importe quel guerrier, ainsi que de se battre d'égal à égal avec n'importe quel chat-garou de son âge. Ils avaient leurs yeux, un avantage quand ils se battaient entre eux, mais un inconvénient majeur quand elle était leur adversaire. En effet, Tenebris s'était vite rendue compte qu'ils se jetaient sur les ouvertures qu'elle laissait dans sa garde, elle en avait donc supposé que tout ce qu'elle faisait physiquement leur était accessible, mais étrangement ce n'était pas le cas de son esprit. Elle avait beau les approcher mentalement de très près, ils ne la voyaient pas, trop concentré qu'ils étaient à combattre au corps à corps, justement avec leur corps en laissant leur esprit derrière des barrières rudimentaires. La vue les distrayait... Grosse erreur. Ils se mouvaient et projetaient leur vu dans le monde du visible, faisant confiance à leurs cinq sens pour assurer leur protection et rester toujours sur le qui-vive. Ils connaissaient tout du visible, mais il n'était qu'une infime partie de l'Univers, et ça, Tenebris l'avait compris malgré elle. Pendant des années et des années, à force d'entrainements intensifs qui se concluaient souvent par l'évanouissement, elle avait fait de son esprit une immense griffe acérée qui labourait les défenses les plus tenaces de ses adversaires tandis qu'ils combattaient, maitrisant parfaitement la désynchronisation entre ses mouvements et ses pensées, les faisant se rejoindre seulement au moment du coup fatal; exténuant ses adversaires dont la concentration s'effritait au fur et à mesure qu'elle attaquait.

Après près de cent-quarante ans d'existence, Tenebris s'était forgé un nouveau nom dans l'esprit des autres chats-garous. Elle n'était plus Tenebris Sans-Vu, la Condamnée, Marche-Seule, non. Elle était désormais Tenebris Griffe-d'Ombre, la fière et redoutable guerrière qui ne tolérait aucun manque de respect à son égard, la chatte-garou aux yeux de lune qui méritait sa place au sein de la tribu et qui n'avait besoin de personne pour survivre. Elle était à la fois aussi dangereuse qu'une flamme et aussi douce qu'une plume avec les jeunes portées, aussi son père trouva normal de lui ordonner de venir avec les autres guerriers de la tribu pour renflouer les rang de Grimrr Demi-Patte, lequel n'émit aucune objection, se contentant de hausser les épaules, ayant des soucis plus importants à gérer.

La guerre fut une expérience incroyable pour Tenebris. Elle obtint deux poignards légers et très maniables de la part d'une chatte-garou plus âgée du nom de Perce-Neige qui lui certifia qu'elle n'en aurait pas besoin, et qui lui expliqua comment les accrocher à ses avants bras quand elle était sous forme féline pour ne pas qu'ils la gênent, puis comment les décrocher une fois sous forme humaine. Très honorée par ce présent, l'aveugle promit à l'aînée immaculée de lui rendre son présent une fois qu'ils fêteraient la victoire.

Le rôle premier des chats-garous dans le conflit contre l'empire consistait à collecter des informations dans les cités à prendre, un travail qui excita beaucoup la Griffe-d'Ombre, laquelle prit beaucoup de plaisir à tendre son ouïe sur-développée pour capter le moindre murmure des gardes et en prélever les informations pouvant être utile à l'armée d'Argetlam et de sa compagne de vol, la Grande-Créature-Sage-Et-Dangereuse-Qui-Crache-Le-Feu. Tenebris n'avait d'ailleurs jamais rencontré Eragon et Saphira. Elle les avait entendus, de près ou de loin, elle avait écouté leurs exploits, mais ce qui la fascinait le plus était la description que les soldats faisaient de la dragonne. Elle aurait donné beaucoup pour avoir l'honneur de toucher ses écailles, et communiquer avec elle pour en savoir plus sur les dragons, mais elle n'avait jamais osé. On était en temps de guerre, ce n'était pas le moment de laisser libre court à sa curiosité alors que chacun avait besoin de toute sa concentration, son énergie et son sang froid pour continuer à marcher sur l'empire jusqu'à Urû'baen.

Tenebris ne participa qu'à la dernière bataille, et les souvenirs qu'elle en gardait étaient des plus perturbants. Elle se souvenait des cris, des crissements de métal sur la pierre, de la souffrance et la colère qu'elle sentait autour d'elle. Colère dont elle s'était sauvagement imprégné en perdant le lien mental avec Fidem, puis avec deux autres de ses frères. L'ennemi décimait ses proches. Si ses yeux avaient pu voir, sa rage les aurait aveuglés. Frémissant de tout son corps, elle se souvint avoir hurlé en prenant son apparence bipède. Elle avait pris ses armes et avait frappé, frappé, et frappé encore! Tout ce qui était passé à sa porté avait fini en charpie. Le sang pleuvait sur sa peau, le sien, mais surtout celui de ses ennemis. Elle attaquait toujours sur deux fronts, d'une part elle pulvérisait leurs défenses mentales, et de l’autre elle profitait de leur déconcentration pour frapper les points sensibles comme elle l'avait fait maintes et maintes fois en entrainement. Elle savait que les failles de l'esprit dissimulaient celles de la garde, une négligence était synonyme d'ouverture, et après plus d'un siècle à peaufiner sa stratégie, Tenebris n'avait plus aucune hésitation désormais lorsqu'elle attaquait et parait. Chaque mouvement lui venait naturellement, et si une estafilade venait marquer son corps, elle modifiait sa garde en conséquence pour ne plus refaire la même erreur. C'est ainsi qu'elle progressa dans les rues aux côtés des siens, et qu'elle participa avec eux à la mort de Lord Barst selon le plan de l'ingénieux Puissant-Marteau, un humain qui ne manquait pas de témérité, il fallait l'avouer.

Après la victoire, les membres de la tribu qui étaient encore en vie se réunir, et après avoir écouté le discours de Grimrr Demi-Patte qui félicitait la bravoure et la force du peuple des chats-garous qui avait laissé une trace dans l'histoire, Lux Tranche-Lune ramena les siens auprès du reste du clan. Tenebris avait appris durant le discours, que Perce-Neige avait perdu la vie par la main de Lord Barst, ce monstre l'ayant presque coupée en deux en l'envoyant contre un mur de pierre.

Le cœur lourd et le chagrin de toutes ces pertes s'accumulant sur leurs épaules, la tribu de Lux Tranche-Lune passèrent l'année qui suivit à enterrer les morts, et à laisser le temps cicatriser les blessures... Puis tant bien que mal, la vie reprit son cours: chasse, combats amicaux, formations des jeunes, changement de camp, naissances, etc... Certains décidèrent de quitter le camp, comme cela arrivait chaque année quand des membres du clan voulaient voir comment la vie se déroulait ailleurs, et l'année de ses cent cinquante ans, Tenebris fut de ceux-là. Elle voulait en savoir plus sur les dragons, et sur les autres races en général. En combattant à leurs côtés, elle avait découvert des façons de vivres et de se battre totalement différentes de celles qu'elle avait connu jusqu'ici, et son envie de découverte s'en était retrouvée accrut. Tout comme Solembum avec Angela, elle quitta sa tribu pour aller s'aventurer dans les contrées de l'Alagaësia enfin libérée du joug de Galbatorix. Sa première destination fut Ilirea, où elle espérait pouvoir rencontrer un couple de dragon dragonnier, maintenant que des œufs s'y trouvaient...





Soi réel



Code du règlement: Ok by Wyrda
Pseudonyme: le plus utilisé est Felicya

Comment avez-vous connu ce forum: Armanda ... I love you

Autre chose ?: je suis contente T^T



Chroniques d'Alagaësia soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif





Dernière édition par Tenebris fille de Lux le Ven 1 Juin - 12:16, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meraxes
Profane
Profane
avatar


Fiche Personnelle
Race: Dragon
Groupe: Confrérie/Cercle
Puissance magique:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Tenebris [TERMINEE]   Jeu 24 Mai - 9:11

Du nouveau Tene ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebris fille de Lux
Plutôt bon
Plutôt bon
avatar


Fiche Personnelle
Race: Chat-garou
Groupe: Sans racines
Puissance magique:
450/1000  (450/1000)

MessageSujet: Re: Tenebris [TERMINEE]   Dim 27 Mai - 10:08

Ça y est j'ai terminé, pardon pour le retard.


Citation :

Physiques :

  • Epées, dagues, poignards: Bon
  • Gourdins, marteaux, bâtons: mauvais
  • Lances, javelots: catastrophique
  • Arcs, arbalètes: catastrophique
  • Equitation: jamais essayé et pas l'intention de commencer
  • Agilité: Bon
  • Force: moyen
  • Résistance: très bon


Psychiques :

  • Intelligence: très bon
  • Instinct: bon
  • Réflexes: bon
  • Prestance/charisme: moyen
  • Patience/self contrôle: bon
  • Puissance mentale défensive (la capacité à fermer son esprit): Excellent
  • Puissance mentale offensive (la capacité à lire dans les esprits fermés ou pas): Excellent


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meraxes
Profane
Profane
avatar


Fiche Personnelle
Race: Dragon
Groupe: Confrérie/Cercle
Puissance magique:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Tenebris [TERMINEE]   Lun 28 Mai - 14:45

Re bienvenu à toi Tene, superbe fiche comme d'habitude. j'ai eu un peu de mal à en arriver à bout, si Gaelin voit quelque chose que j'ai raté il te le dira.
Pense juste à mettre le nom et prénom de ton personnage ainsi que ta citation et je te validerais Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebris fille de Lux
Plutôt bon
Plutôt bon
avatar


Fiche Personnelle
Race: Chat-garou
Groupe: Sans racines
Puissance magique:
450/1000  (450/1000)

MessageSujet: Re: Tenebris [TERMINEE]   Ven 1 Juin - 12:03

Le nom, le prénom et la citation sont mises, s'il y a des soucis dans la fiche je me haterais d'effectuer des modifications Smile

Gaëlin repassera-t-il bientôt ? Puis-je être validée sans sa présence ? *oui j'ai hâte de rp je suis désolée d'être pressante T-T *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meraxes
Profane
Profane
avatar


Fiche Personnelle
Race: Dragon
Groupe: Confrérie/Cercle
Puissance magique:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Tenebris [TERMINEE]   Sam 2 Juin - 9:08

Citation :
Fiche validée.

Niveau magique accordé : 450/1000
Connaissance d'ancien langage : Plutôt bon

Argent de validation accordé : 10 + 10 (pour niveau de la fiche) + 15 = 35 pièces d'or
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tenebris [TERMINEE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tenebris [TERMINEE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CLAY Ҩ rebellion isn't with guns only... [TERMINEE]
» Nel Berrywood ou la confusion des genres ! [TERMINEE]
» Katherina H. Valorff || Tel fut son destin || FICHE TERMINEE
» ★ Laisse moi effleurer ta peau de mes notes... ♫ [TERMINEE]
» [TERMINEE] Alexander Hawkins - Regarde la noirceur dans les yeux bien en face et dis moi ce que tu vois. †

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Alagaësia :: Bases du jeu :: Présentation du personnage :: Personnages validés-
Sauter vers:  

Partenaires

Crédits

@Wirda