Forum RPG sur l'univers d'Eragon. L'histoire se déroule après la fin du quatrième tome. Venez participer à la renaissance des dragons et à la création de l'école des dragonniers !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Naissance d'une légende [PV Meraxes]

Aller en bas 
AuteurMessage
Eragon fils de Brom
Bilingue/langue maternelle
Bilingue/langue maternelle
avatar

Age : 25

Fiche Personnelle
Race: Autre
Groupe: Confrérie/Cercle
Puissance magique:
800/1000  (800/1000)

MessageSujet: Naissance d'une légende [PV Meraxes]   Dim 10 Juin - 14:16

Les fantasmes s’étaient emparés de l’esprit d’Eragon depuis qu’il s’était plongé dans le repos des rêves éveillés. Des personnes allaient et venaient dans son esprit, et leurs voix étaient confuses. Mais le pire, c’était les personnes qu’il avait tuées au cours des batailles passées, il y avait un fleuve qui le séparait des morts et ces derniers se lamentaient en disant

« Rejoins-nous, ô dragonnier ! » Eragon s’agita contre le ventre de Saphira. Soudain, il fut pris par une décharge comme celle du jour où l’amie de son cœur avait touché sa main pour lui donner la marque des dragonniers mais en moins douloureux. C’était le signal qu’un œuf avait éclos. Le jeune dragonnier avait lié les œufs à lui grâce à la magie pour lui permettre de les retrouver facilement avec son esprit et ainsi que de leur donner les directions à suivre quand le dragon serait assez grand pour revenir à Sänghgarm. Mais le seul inconvénient, c’était qu’il ne savait pas pour qui le dragon avait éclos.

S’extirpant de l’aile de son âme-sœur, il se leva pour mieux réagir à la situation qui se présentait. La caverne était sombre et il voyait à peine le bout de son nez. Le jeune homme dut attendre que ses yeux s’habituent à la pénombre. Le lieu de repos était taillé naturellement grâce aux crocs et au feu de Saphira dans la tour la plus haute de la forteresse.

Ça n’avait pas été une mince affaire de faire monter ce bloc énorme sur le sommet de l’édifice. De l’extérieur on voyait une tour carrée monter vers les cieux et se terminait par une espèce de colline pierreuse naturelle comme si la nature avait décidé de la poser à cet endroit. Les détails de la grotte que Saphira avait sculptée étaient comme les parois des cavernes naturelles, que le temps avait façonnées. Des traces de griffes se voyaient sur le sol et les murs, parfois même des traces de roche fondue. Eragon n’avait pas osé intervenir durant la construction car des éclats de roche - et parfois des morceaux coupants - volaient partout, et quand il n’y avait pas de morceaux volants, c’était la fournaise que Saphira faisait régner dans le bloc informe. Quand elle eut fini avec le décor intérieur, elle s’occupa de l’extérieur de l’habitat. C'est durant la journée que le spectacle et qu'on avait vu la dragonne rugir, enflammer le bloc et le frapper de ses pattes griffues qui faisaient entendre des crissements contre la roche. C’était impressionnant de voir sa liée se déchaîner contre un simple rocher.

Quand son travail fut fini, elle était moulue mais si fière de son œuvre qu'elle avait emmené son dragonnier visiter son nouvel appartement sans tenir compte de l'exercice qu'Eragon faisait subir à ses élèves. La seule touche que le dragonnier avait apportée au lieu c’était le renfoncement du sol au milieu de la grotte, qu’il avait sculpté avec la magie, le faisant aussi lisse que de la pierre polie et Il avait rajouté un matelas pour pouvoir dormir avec sa compagne. Le jeune chef de la confrérie voulait dormir avec Saphira car il ne supportait plus d’être séparé d’elle depuis la fin de la guerre, et elle avait exaucé son vœu.

En réfléchissant, Eragon ouvrit la trappe qui s'ouvrait sur les étages inférieurs de la tour et descendit sur l’échelle de bois avant de se diriger vers la salle des eldunari. Les murs de pierres nues défilaient devant l'hybride, lui rappelait le donjon de Teirm quand il avait dû trouver les rapports des cargaisons d’huile de Seithr. Cela lui donna un frisson. Il devait les décorer avec des bannières représentant le nouveau blason de la nouvelle confrérie des dragonniers. Mais il réfléchirait une autre fois, le plus important c’était de régler l’affaire du nouveau dragonneau.

La porte de la salle apparut sur sa droite, rompant la monotonie des murs bien proportionnés. Eragon s’arrêta et entreprit de désactiver tous les enchantements protégeant la porte, une précaution qu’il avait prise même s’il se doutait que si les cœurs des cœurs pouvaient se défendre, mais les nouveaux dragonniers ne devaient pas encore connaître ce secret avant qu’ils ne soient prêts et dignes de l’apprendre: même les nouveaux maîtres n’étaient pas au courant. Les sorts désactivés grâce à l’ancien langage lui permirent le passage vers le sanctuaire, et il poussa le battant de bois noir aussi solide que les murs du château. La salle luisait faiblement grâce aux eldunari de toutes tailles et de différentes couleurs.

Cuaroc, l’elfe à tête de dragon, siégeait sur le trône rapporté de la crypte des âmes. Le cœur des cœurs blanc d’Umaroth reposait sur un coussin blanc, lui-même posé sur un autel de pierre sculpté de dragons. Le Tueur d’ombre se dirigea vers lui et ouvrit son esprit à tous les dragons présents sans rien dire car les dragons avaient déjà compris son intention. Ils avaient eux aussi senti l’éclosion de l’œuf, il ne restait plus qu’à le localiser avec l’aide des anciens. L’esprit du dragonnier renforcé par la puissance des dragons, ce dernier pouvait maintenant se projeter vers le nouveau dragonneau, et c’est ce qu’il fit. Le lien entre Eragon et le nouveau venu lui permettait de savoir où il se trouvait: il était dans l’Empire. Il avait peut-être éclos pour un dragonnier humain, mais rien n’était sûr, il aurait très bien pu naître pour une autre race, vu que Nasuada permettait à tous de toucher les œufs. En repérant le nouveau venu, il se connecta à son esprit et lui parla en ancien langage, puisant en même temps dans la magie, dans le but de lui insuffler la direction à prendre quand il serait assez fort.

« Bienvenue à toi, dragon. Je suis heureux que tu sois parmi nous et quand tu seras assez fort viens à nous avec ton compagnon, viens recevoir l’éducation que tu mérites pour devenir l’un des garants de la paix de l’Alagaësia, viens à nous pour apprendre tes origines et viens à nous pour voir tes pairs. Nous t’attendons. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Naissance d'une légende [PV Meraxes]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...
» Quelque vilains dans la Légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Alagaësia :: Sänghgarm :: La forteresse-
Sauter vers:  

Partenaires

Crédits

@Wirda