Forum RPG sur l'univers d'Eragon. L'histoire se déroule après la fin du quatrième tome. Venez participer à la renaissance des dragons et à la création de l'école des dragonniers !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La vie du Faucon

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La vie du Faucon   Dim 27 Mai - 17:13

Les hommes sont hantés par l'immensité de l'éternité, c'est pourquoi nous ne savons si le récit de nos actes trouvera un écho parmi les siècles. Les étrangers entendrons t-ils notre noms après nos disparitions, ce demanderons t-ils qui nous étions, si nous avons combattu avec courage et aimer avec ardeur ?



Dans un temps lointain, lorsqu'Arkillon ne faisait pas encore parti de l'organisation du cercle, un temps ou sa seul préoccupation était la nature et les animaux. En ce temps là, il passait ses journées à écouter et admirer les oiseaux, parfois en compagnie d'Arya qui aimait elle aussi se divertir de ses devoirs royaux et s'amuser un peut avec lui. Il aimait regarder les faucons car il s'agit d'un espèce qui nous surprend toujours, un rapace qui ne fait qu'évoluer pour essayer d'atteindre l'être qui domine les cieux, celui qui chasse le jour, la nuit sans jamais être surpris par un autre rapace aussi imposant que lui. Cependant, vain d'autres espèces tels que les Fanghur et les dragons, ces espèces largement supérieurs aux autres oiseux moins intelligents et moins gros. Ces espèces conquérirent les cieux et se l'attribuèrent oubliant les autres espèces mineurs. Les maitres avaient changés et les espèces encore évolués.

Le changement était inévitable. Heureusement, les Dragons ne tuaient pas les faucons car, aussi surprenant que cela puisse paraitre, ils aimaient la beauté de ses rapaces majestueux et dominants le vents pour ensuite percé les cieux de leurs yeux sombres afin de chassé. Ils admiraient leur courages de venir voler auprès d'eux, des espèces beaucoup plus grandes et supérieurs. De plus, chacun peut remarquer que la ressemblances entre ces deux espèces est évidente si on se donne la peine de les observés, même s'il s'agit d'animaux totalement différents sur le plan psychologique et intellectuel. Ainsi, les dragons admiraient moins les faucons pour leurs apparences que pour leur prouesses de chasseurs.


En ces temps là, Arkillon aimait aussi beaucoup voyager, ce qui était pour lui un moyen de se divertir et de se changer les idées pour laissé libre cour à la solitude. Il se rendait donc régulièrement à Nädindel, une citée elfique majestueuse. Il faisait ce voyage la plus part du temps à pied car cela lui permettait de chanté en compagnie d'animaux curieux, tout en courant d'une manière semblable à une danse. Ce petit périple ne lui prenait pas longtemps en générale si il ne s"attardait pas trop, et surtout si il ne faisait pas de détour jusqu'à Ardwen, un grand lac. Cependant, étant donné que le temps ne lui était pas compté, il prenait son temps.
Ainsi, un jour alors qu'il s'aventurait plus loin que d'habitude, au delà de Nadindel, plus dans le nord, Arkillon fit la malheureuse rencontre d'un dragon sauvage, ce qui était de moins en moins rare.

Montagnes resplendissantes non loin de Nädindel


Le dragon vert émeraude tournoyait autour d'Arkillon et le regardait d'un air féroce. Aussitôt, il cherche un refuge capable de la protégé contre ce spécimen magnifique, mais immensément dangereux. Il trouva non loin de la se qui semblait être une grotte caché derrière un long buisson. Malgré le terrible rugissement du dragon sauvage qu'il savait derrière lui, il s'élança et rentra dans la grotte de justesse, entendant les terribles mâchoires de l'animal se refermé dans le vide. Cependant, il remarqua vite que lorsque à certain passage, le dragon ne pouvait entré, il cassait la pierre pour se frayer lentement un passage jusqu'à lui.
C'était finit, Arkillon sentait la fin approché mais que pouvait-il faire sinon s'enfoncer de plus en plus profondément dans la grotte. Soudain, à son grand soulagement, il entrevit une porte beaucoup trop petite pour que le dragon puisse la passée. Il s'élança donc vers celle-ci tout en espérant que le dragon ne pourrait pas l'y suivre. Il sentait qu'une voie était possible. Quand il entrouvrit la porte, il découvrit une vaste salle entouré d'amnisties magnifiques et tonnant en son centre, un ...... un énorme Eldunarì. À ce moment là, il sentit la terre trembler et une grande partie de la grotte s'effondra, laissant apparaître une énorme patte, et blessant au passage l'avant bras gauche d'Arkillon.

Le dragon sauvage était là, il avait démolit la grotte et entrait la bout de sa tête à l'intérieur du profond souterain. Ne sachant que faire, il projeta son esprit vers l'Eldunarì, mais rien ne se passa. Alors que le dragon sauvage s'apprêtait à le brûler vif, il ne savais même pas quoi pensé, son esprit était égaré et il n'eut aucune réaction. Soudain, une voie grave et caverneuse retenti dans son esprit et apparaît-il aussi dans celui du dragon en l'immobilisant.

"Assez ! Comment oses tu dragon de mon espèce, troubler mon repos si longtemps paisible, mon âme errant depuis des siècles dans l'univers n'a jamais été dérangé."

"Mais qui es tu ô grand Eldunarì ? Que puis-je faire pour remercier ton geste bénit, sans toi je serais déjà un ta de cendre." Dit Arkillon

"Je suis Belgabad, plus grand dragon sauvage de tous les temps, qui soit toujours dans un Eldunarì capable de pensé. Sache que je ne t'ai épargné que grâce à ton ascendance même si tu l'ignore. Ton grand père fut longtemps un dragonnier et son dragon était mon petit fils, sans cela, je n'aurais daigner te sauvé. En plus, mon sanctuaire depuis longtemps introuvable de vous autres est désomais détruit." Répondit Il avec sa voie grave et sombre.

Dès lors, Belgabad resta avec Arkillon n'ayant plus de lieux ou reposer et la solitude commençait à lui peser un peut, il s'est donc dit qu'un peut de compagnie ne ferais pas de mal, quelle qu'elle soient. En échange, l'elfe lui offrait sa vue et ses sens ce qui plus beaucoup au vieux dragon, qui ne pouvais regardé le monde si longtemps noir depuis son esprit. De plus, Belgabd à décidé de transmettre ses connaissances et d'offrir sa magie à Arkillon bien que celui-ci n'est absolument rien demandé. Arkillon avait reçu un déferlement de souvenirs dans son esprit, il voyait des batailles féroces parfois gagnées et parfois perdues, des évènements observés il y a fort longtemps par la vue du dragon sauvage sur d'innombrables continents, et des réflexions sur la marche du monde. Le dragon semblait désireux de partager chaque parcelles de ses connaissances et de ses impressions. C'est pourquoi, dès cet instant Ces deux êtres restèrent ensembles à bavarder pendant plusieurs mois, jusqu'à ce qu'Arkillon ce décide de visiter l'ancienne ville des dragonniers, en cours de reconstruction.

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Meraxes
Profane
Profane
avatar


Fiche Personnelle
Race: Dragon
Groupe: Confrérie/Cercle
Puissance magique:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: La vie du Faucon   Lun 28 Mai - 14:26

Il faut attendre d'être validé avant de poster un rp. Je lock jusqu'à ce que Gaelin passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La vie du Faucon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Retour au perchoir pour le Faucon
» Le Faucon et la Croix.
» L'histoire d'un Faucon.
» Présentation de Pelage De Faucon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Alagaësia :: Hors-jeu :: Archives-
Sauter vers:  

Partenaires

Crédits

@Wirda