Forum RPG sur l'univers d'Eragon. L'histoire se déroule après la fin du quatrième tome. Venez participer à la renaissance des dragons et à la création de l'école des dragonniers !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anynduil fils de Nenduil [VALIDE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Anynduil fils de Nenduil
Bilingue/langue maternelle
Bilingue/langue maternelle
avatar

Age : 24

Fiche Personnelle
Race: Elfe
Groupe: Royaume elfique
Puissance magique:
550/1000  (550/1000)

MessageSujet: Anynduil fils de Nenduil [VALIDE]   Sam 5 Mai - 17:20


Anynduil fils de Nenduil


feat. un kit de Meraxes
L'Ombre est notre arme, la Lumière notre destinée

Identité


Âge : 356 ans

Groupe et grade : Elfe et Membre de la Confrérie (Dragonnier lié à Rexia) / Officiellement : Capitaine dans la Légion du Vent, Maître Archer ; officieusement : Lieutenant de l'Ordre Secret des Rôdeurs Royaux / Fils unique d'une famille de militaires, et fils d'un Général Membre du Conseil

Aspiration : Servir son peuple et sa Reine, et veiller à leur sécurité. De même, protéger toutes les personnes comptant pour lui, quel qu’en soit le prix.

Précisions : C'est un grand gourmand, toujours prêt à goûter de nouveaux plats.

Personnalité : Que dire que dire ? Surtout, par où commencer ? Anynduil est d’un naturel calme et réfléchi. Il est également patient, bien qu’il faille éviter trop longtemps de lui courir sur le système. Il rit facilement, et a parfois recours à l’autodérision pour se tirer de certaines situations trop gênantes.
Ce n’est pas un excellent orateur, politique du moins ; en effet, il saura trouver les mots pour motiver et redonner le moral aux hommes placés sous ses ordres. En ce sens, tout comme son père, c’est un leader né. Il n’aime d’ailleurs pas se laisser marcher sur les pieds, et défendra toujours son opinion avec intensité et fermeté, mais il saura comprendre et accepter des opinions divergentes, pour peu que celles-ci soient bien argumentées.
Fidèle et loyal, n’ayez pas peur de lui accorder votre confiance, il ne la trahira jamais. De même, c’est une excellente boîte à secrets, dernier modèle.
Anynduil est quelqu’un d’assez ouvert, et aime se lier à des inconnus. Il pourra parfois paraître mystérieux, et lointain, mais cela ne saurait durer. Du moins, dans la plupart des cas. Parlons-en de son ouverture, tiens. Bien que le souvenir d’Elrélia soit très vif dans son cœur, il ne se laisse pas aller dans la dépression, et sait se servir de sa beauté et de son charisme pour faire fondre les cœurs des représentantes de la gent féminine. Il est un peu Casanova sur les bords. C’est aussi un éternel romantique.
Quant au reste, eh bien… Il sera toujours temps de le découvrir plus tard.


Physique : Anynduil est d’une taille normale pour un Elfe, mais a une carrure assez fine. Pour résumer les choses, il a une stature élancée, taillée pour la vitesse et la légèreté, ce qui convient parfaitement à un Archer, et encore plus à un Rôdeur, car cela est synonyme de discrétion.
Il a de longs cheveux blonds, lumineux comme l’or au Soleil, qui lui descendent bien en dessous des épaules. Il les porte généralement détachés, ou alors attachés en une longue queue de cheval. Il lui arrive parfois d’expérimenter quelques coiffures, cependant. Aussi, ne soyez pas étonnés s’il arrive avec un air excentrique.
Ses yeux ont une couleur qui sort de l’ordinaire. En effet, ceux-ci sont jaunes, jaunes vifs, avec peut-être une touche de vert. Ses yeux sont toutefois une source d’attraction, par leur rareté, pour les gens. Son regard, vif et qui ne laisse rien échapper, n’arrange rien. Lorsqu’il vous regarde, vous pouvez ressentir l’impression qu’il est en train de lire vos pensées.
Son nez, sa bouche, et son visage en entier, possèdent cette perfection Elfique, cette beauté qui semble si irréelle. Même selon les canons de sa race, Anynduil a une beauté supérieure à celle des autres représentants de sa race.
Quant au reste du corps, tout est magnifiquement proportionné. Sa peau elle aussi semble dorée, mais cette fois-ci, elle évoque plutôt le bon pain qui sort du four, vous savez, celui qui vous saliver à l’idée de croquer dedans, et de ressentir sa douce chaleur dans votre bouche.


Arme(s) : - Un arc long, en if, magnifiquement décoré, et dont les parures sont recouvertes de feuille d’or.
- Les Jumelles Hélith et Vyrith, deux épées courtes enchantées. Effet : si elles sont volées, elles servent de "traceur" mental, ce qui permet au propriétaire de les retrouver. Cet effet n’a pas lieu lorsque l’ancien propriétaire les donne au nouveau. Si le propriétaire prête une lame à quelqu’un, il sait où la personne se trouve, et quel est son état physique, par le biais de la lame. De plus, les deux lames ne peuvent être séparées définitivement. Elles finiront toujours par se regrouper. Toutefois, elles sont quand même très bien aiguisées, ce sont des armes avant tout.

Histoire



La naissance



Le Printemps. La saison de la renaissance. Les arbres qui se couvraient de feuilles – du moins ceux qui les avaient perdus – les fleurs qui sortaient de terre, les rongeurs de leurs terriers, les oiseaux de leurs nids. Toute la vie recommençait son éternel cycle. Et dans une maison-arbre d’Ellesmera, avait lieu l’une des choses les plus belles au monde, la naissance d’un enfant.

Nenduil fils d’Elvanduil tournait en rond devant la porte derrière laquelle se trouvait sa femme, Fionia fille de Tynia, ainsi que deux sages-femmes. Ils vivaient ensemble depuis peu, et il s’agissait de leur premier enfant. Et bon sang, qu’est-ce qu’il pouvait avoir peur. Un accouchement ne durait pas aussi longtemps, normalement, non ? Et puis… Et puis ce n’était pas normal, voilà tout !

Nenduil, âgé de 650 ans, était un jeune officier prometteur dans l’Armée Elfique, et il se murmurait qu’il aurait bientôt un poste de Général, ayant été remarqué par ses supérieurs pour ses talents de stratège, de guerrier, et le respect qu’il inspirait à ses hommes. Il avait rencontré Fionia, qui avait l’âge de 619 ans, quelques dizaines d’années plus tôt. Leur amour, digne des plus grandes histoires romantiques de ce monde, avait été "officialisé" deux ans plus tôt. Et aujourd’hui… Aujourd’hui il se rongeait les sangs en attendant la bonne nouvelle, tout en en craignant la mauvaise.

Soudain, la porte s’ouvrit, et Nenduil se rua à l’intérieur, bousculant sans le vouloir la sage-femme, en sautillant comme un jeune enfant. Il n’écoutait pas ce qu’on lui disait. Non. Ses yeux étaient rivés sur sa femme, allongée sur un lit dont les draps étaient rougis par le sang, les cheveux collés à son visage par la sueur, les yeux exprimant une intense fatigue, en même temps qu’une joie sans précédent. Dans ses bras, enroulé dans un linge, se trouvait… Se trouvait… Son fils. Nenduil voulut s’approcher de sa femme et de son fils, mais son esprit court-circuita à ce moment-là, et il tomba lourdement, évanoui, sur le plancher.



La jeunesse, l’apprentissage et une nouvelle vie



En tant que militaire, il était inconcevable pour Nenduil que son fils prenne une autre voix. Leur lignée avait après tout fournie nombre de guerriers de légendes, ainsi que plusieurs grands Dragonniers. Et puis Anynduil aimait voir son père revêtir son armure. Il aimait regarder les gardes et les militaires en uniforme. Et il rêvait d’aventures, de devenir un héros, comme ceux des contes que lui racontait sa Mère le soir, au moment du coucher.

Durant ses vingt-cinq premières années de vie, ce fut son père qui le forma au maniement des armes. Il apparut très vite que son arme de prédilection était l’arc. Il maniait assez bien l’épée, mais il serait, de loin, meilleur archer qu’épéiste. De semaine en semaine, son père corsait les exercices. Et de semaine en semaine, il les réussissait. Considérant qu’il n’avait plus rien à lui apprendre, Nenduil fit appel à Silmawyn fils de Garawyn, un ami à lui, et le Commandant de la Légion du Vent, qui regroupait tous les Archers de l’Armée Elfique. Silmawyn passait pour être l’un des cinq meilleurs Archers du Royaume. Aussitôt, Anynduil connut ses premières difficultés dans son apprentissage. Silmawyn lui enseigna de nouvelles choses sur le maniement de cette arme de jet, lui donna nombre d’astuces, lui fit perdre de mauvaises habitudes, pour que le maniement de l’arc devînt plus qu’un simple maniement d’arme, mais le moyen de le tenir en vie, et de protéger le Royaume.

A sa majorité, Anynduil rejoignit la Légion de son Maître d’Armes. Mais il lui manquait quelque chose. Il se rappelait les longues balades de plusieurs jours qu’il faisait avec son père, lorsqu’ils allaient de partout, au grand dam de sa mère qui s’inquiétait de toujours les voir rentrer en retard. Et là… Malgré les nombreux exercices que faisait la Légion, les entraînements communs avec les autres troupes, Anynduil désirait rentrer dans une unité plus mobile, comme un Corps de Reconnaissance. Il fit donc une demande de mutation. Mais ce dont il ne se doutait pas, c’est que celle-ci n’aboutirait jamais. Du moins, pas là où il pensait qu’elle atterrirait.



Citation :
L’Ordre Secret des Rôdeurs Royaux

Thrylia fut la Fondatrice de notre Ordre, et sa première Grande Maîtresse. Très vite est apparue la nécessité de détruire toute archive ou document nous concernant, et nos membres ont officiellement la même fonction qu’ils occupaient avant de nous rejoindre. Notre Ordre n’existe pas. Il n’a même jamais existé. Seules les hautes sphères du pouvoir connaissent notre existence. Pour le reste, et principalement les militaires, nous ne sommes qu’une légende, des guerriers de l’ombre, des fantômes… Cela est notre meilleure arme. Notre fidélité et notre loyauté sont jurées au Roi ou à la Reine en place. Toute mission en dehors des simples reconnaissances et collectes d’informations, comme les assassinats, ne dépendent que du Roi ou de la Reine. Un nom, un ordre, et le temps pour nos ombres de se déplacer, un esprit quittera son corps.

Nous sommes partout. Chaque parcelle d’ombre est susceptible de nous accueillir. Notre mission première est d’assurer la survie de notre Royaume et de son dirigeant. Seuls les Elfes aux sentiments les plus purs peuvent nous rejoindre. Ceux qui jamais ne trahiront leur Royaume, leur Roi, leur Reine.


Giondel fils de Glorfil, Commandeur de l’Ordre Secret des Rôdeurs Royaux, Maître-Archiviste de l’Ordre


Il faisait nuit, et Anynduil venait de quitter ses camarades de la Légion. Il n’y avait pas de Lune ce soir, et les lumières des habitations accentuaient les ombres sous les immenses arbres de la cité. Soudain, il entendit une voix lui chuchoter à l’oreille de le suivre. L’Elfe se retourna, et se retrouva face à une silhouette encapuchonnée, drapée dans une cape noire et dont le visage lui était invisible. Il savait qu’il n’avait d’autres choix qu’obéir, d’autant plus que deux autres silhouettes identiques venaient de sortir des ombres, et que l’une d’entre elles lui avait passé un bandeau autour des yeux.

Ils marchèrent durant ce qui lui parût une éternité. Puis il y eut un bruit de rocher, et on le fit pénétrer dans ce qu’il jugea être une grotte, vu la soudaine humidité et odeur de moisissure qu’il sentait. Enfin, on lui retira son bandeau, et Anynduil vit qu’il se trouvait dans une caverne circulaire, entouré de silhouettes noires. Rectification, il se trouvait dans un cercle de lumière délimité par lesdites silhouettes. Le reste de la caverne était plongé dans l’ombre. L’une des silhouettes prit la parole.



« Anynduil fils de Nenduil, Archer de l’Armée Elfique, Soldat de la Légion du Vent, te voici dans le lieu où ceux qui nous rejoignent disent leurs vœux. Nous sommes l’Ordre Secret des Rôdeurs Royaux. »


Anynduil était trop étonné pour parler. Son interlocuteur dut le comprendre, car il lui expliqua quel était leur rôle, leur mission… Mais sans rien dire de plus. Il lui laissait le choix. Les rejoindre dans cette confrérie, ou bien sortir d’ici et ne parler à personne de cette présente nuit. Ce qu’il ne ferait pour rien au monde. L’Elfe sentait que cet Ordre pourrait lui donner ce qu’il recherchait si désespérément.


« Mon choix est pris, Monsieur. Je veux être des vôtres. »

« Je ne doutais pas de ta réponse. Tu vas donc maintenant prêter serment. Je te prierai de répéter après moi. »



Et Anynduil répéta les mêmes mots que tous ceux qui ont prêté serment au cours des siècles d’existence de l’Ordre. Il n’y avait pas d’effets de lumière, de musiques, de chants. Non, simplement un Elfe agenouillé, répétant une phrase sans âge, entouré de ses futurs Frères et Sœurs. Lorsqu’il se releva, dans un bruissement d’étoffes, toutes les silhouettes retirèrent leurs capuches et, dans le même temps, la caverne entière s’éclaira, et il put voir l’immensité de celle-ci… Noire de monde. L’Ordre comptait visiblement des centaines de membres. Et sans doute devait-il y en avoir en mission.

L’homme qui lui avait parlé durant la cérémonie était un Elfe aux cheveux et à la barbe blanche. Il s’agissait de Celyndil fils d’Elondil, le Grand Maître actuel de l’Ordre. Anynduil le connaissait de nom, par son père. Il s’agissait d’un Général, Membre du Conseil également, tout comme Nenduil. Et du coup, le choix de son apparence s’expliquait. Ainsi, il respirait vraiment la sagesse propre à un Elfe aussi âgé que lui.

La caverne était percée de nombreuses ouvertures, qui conduisaient à de multiples pièces. Un de ses Frères lui expliqua que leur QG était entièrement souterrain. Et immensément grand. Il apprit également le fonctionnement hiérarchique de leur Ordre. A son sommet se trouvait le Grand Maître. Celui-ci était secondé par un Grand Commandeur. En –dessous, se trouvaient dix-sept Commandeurs (qui symbolisent les dix-sept premiers Rôdeurs qui ont suivi Thrylia lors de la fondation de l’Ordre). Puis viennent les Lieutenants (équivalents au grade de Capitaine dans l’Armée régulière), les Sergents, et enfin les Frères (et Sœurs) Jurés, tels que lui. Au sein de ceux-ci se trouvait, comme dans toute Armée, une hiérarchie plus subjective : les bleus, les vétérans, …

Il était de coutume que, pour un temps variable, chaque nouveau membre soit accompagné par un membre plus ancien, afin de le former et de mieux l’intégrer dans l’Ordre. Anynduil se retrouva ainsi avec une Elfe d’une rare beauté aux cheveux roux, Elrélia fille d’Elradrielad. Ce fut si soudain qu’il ne s’en rendit pas compte immédiatement. C’était sa première fois, donc il ne savait pas non plus exactement ce qui lui tombait dessus. Mais il en tomba amoureux.



Le temps du bonheur



Le binôme parcourait le continent d’Alagaësia dans tous les sens, récoltant des informations, des renseignements, parfois sans valeur, parfois inestimables, le plus souvent un mélange des deux. C’est durant cette période qu’il devint un assez bon cavalier, Elrélia lui enseignant comment chevaucher. En effet, le cheval était le principal moyen de locomotion des Rôdeurs. Aussi, ne pas savoir monter posait quelques problèmes.

Les deux jeunes gens – Elrélia n’ayant qu’une quinzaine d’années de plus que lui – passaient tout leur temps ensembles, même quand ils n’étaient pas en mission. Souvent, ils se lançaient des « concours », en quelque sorte, tous plus farfelus les uns que les autres. L’un des plus mémorables se déroula lors de cette fameuse soirée, dans une taverne humaine. Cela avait commencé par le concours du plus gros buveur, puis avait fini sur une course de deux kilomètres à travers la forêt en évitant de casser un œuf posé au bout d’une cuillère tenue du bout du lèvre. Ils avaient fait un match nul sur la bière, mais avaient perdu tous les deux pour l’œuf. D’ailleurs, ils n’avaient jamais retrouvé les cuillères.

Elrélia. Ses pensées étaient souvent tournées vers elle. Sa chevelure, flamboyante dès que de la lumière posait ses rayons dessus, attirait toujours son regard. Ses yeux verts lui évoquaient leur forêt natale au printemps. Son petit nez mutin, et ses lèvres, avaient une manière vraiment mignonne de remuer lorsqu’elle était plongée en pleine réflexion. Cela faisait sourire Anynduil à chaque fois, et, à chaque fois, elle croyait qu’il se moquait d’elle, et il finissait dans une bagarre de chatouillis. Les gens devaient les prendre pour des fous, mais ils n’en avaient cure. Et ils riaient encore plus en pensant à la soufflante qu’ils se prendraient par le Grand Maître Celyndil si celui-ci venait à connaître leur… Manque de sérieux.

Mais n’allez pas croire non plus qu’ils n’étaient que de joyeux lurons. Non, bien au contraire, c’était leur moyen de décompresser. Le reste du temps, ils accomplissaient leur travail de Rôdeur avec toute l’application et tout le sérieux du monde. Seulement, cela n’a pas suffi à… Elrélia…



Le temps des pleurs, et celui du renouveau



Vers la fin de la guerre contre l’Empire de Galbatorix, une mission fut donnée aux Rôdeurs. Celle d’assassiner un Général ennemi certes excellent stratège, mais d’une cruauté quasi-maléfique. Quatre Rôdeurs furent sélectionnés. Radrieril fils de Vuldor, Myn fils de Gan, le magicien du groupe, Elrélia, et lui.

Leur approche se révéla sans faille, et les Rôdeurs purent infiltrer sans problème, une nuit sans Lune, le camp ennemi. Leur mission se présentait sous les meilleurs auspices, et tous pensaient pouvoir vite revenir chez eux, une fois leur tâche accomplie. Mais ils avaient commis une erreur. Celle d’être trop sûrs d’eux-mêmes. Ils ne s’étaient pas souvenus que beaucoup de Rôdeurs avaient perdu la vie justement à cause de cela. Ils n’étaient pas immortels en mission, loin s’en fallait.

Le Général en question reposait dans son siège en bois, la gorge tranchée par une lame, et le sang coulant et teintant sa tunique d’une jolie couleur pourpre. Les quatre Rôdeurs, encagoulés, se firent signe de ressortir. On ne les voyait guère, mais chacun savait que tous souriaient. Un homme mauvais venait de mourir, et ils s’en retournaient chez eux.

Lentement, en profitant de la moindre parcelle d’ombres, ils se glissèrent hors de la tente. Ce fut lorsqu’ils arrivèrent à l’extrémité Nord du camp que les choses dérapèrent. Une sentinelle les remarqua, et donna l’alerte. Aussitôt, des cors retentirent, et l’on put entendre le fracas des armes, et celui de soldats se réveillant en urgence. Les quatre Rôdeurs se savaient incapables de lutter contre autant d’hommes. Prétendre le contraire eut été de la folie. Aussi prirent-ils la fuite. Anynduil avait abattu la sentinelle d’une flèche, afin de faire gagner à son groupe quelques précieuses secondes, sinon des minutes. Ils avaient laissés leurs cheveux bien plus loin, dans un bosquet d’arbres, afin que l’on ne puisse les entendre.

Cette première « étape » ne posa pas trop de problèmes, mais dès qu’ils commencèrent à chevaucher, ils entendirent des cavaliers derrière eux. Le corps de la sentinelle, ou bien celui du Général, avait dû être découvert, et plusieurs patrouilles lancées à leur recherche. Galopant à vive allure, ils entendaient les flèches de leurs poursuivants siffler à leurs oreilles. Enfin, la chance leur sourit, et ils réussirent à semer leurs poursuivants, allez savoir par quel miracle, mais ils n’allaient pas cracher dessus. Par sécurité, ils continuèrent un peu plus puis ralentirent le pas. Ils s’arrêtèrent brusquement lorsqu’ils entendirent le bruit d’un corps tombant par terre.

Anynduil se retourna, et ce qu’il vit lui glaça le sang. Un des siens était allongé face contre terre, une flèche ressortant de son dos. Il descendit à toute allure son cheval, sentant son cœur frapper contre sa poitrine, comme s’il voulait en sortir. Le Rôdeur cassa la hampe de la flèche, et mit le soldat en position latérale, avant de lui relever sa capuche et de lui enlever sa cagoule.

[i]
********


Grâce à la magie de Myn, le corps avait pu être conservé jusqu’au repère des Rôdeurs. Il n’avait rien pu faire, trop de sang ayant coulé de la blessure. Il était magicien, pas un Dieu.

Lorsqu’un Rôdeur meurt, s’il a de la famille, son corps est bien entendu rendu à celle-ci. Mais après son enterrement, a lieu une autre cérémonie. Certains racontent que, quelquefois, ils entendent des chants venir du cimetière, mais que ceux-ci semblent presque venir d’un autre monde. Aussi personne ne va jamais voir ce qui se passe, par respect pour l’esprit des défunts. En réalité, ces chants étaient ceux des Rôdeurs. La nuit suivant l’enterrement de l’un des leurs, ils se réunissent autour de sa tombe pour lui rendre un dernier hommage. Le Grand Maître officie, entouré de ses officiers. Puis tout autour, viennent les Frères et Sœurs de l’Ordre.


Elrélia… Je n’ai jamais pu te dire que je t’aimais… Trois mots, qui ont l’air si simples, et pourtant si durs à prononcer. J’espère que tu me pardonneras de ne jamais avoir eu le courage de te les dire. Aussi, je vais le faire maintenant. Puisse-tu les entendre, où que tu sois. Et puisse ton esprit reposer en paix.


« Elrélia… Je t’aime. »


********

La guerre venait de finir, et le temps de la reconstruction put commencer. Les Rôdeurs avaient subi de lourdes pertes, et perdu nombre d’officiers. Anynduil « profita » de ces nombreuses nominations, et devint Lieutenant. Il fut placé sous les ordres d’un Commandeur fraîchement nommé lui aussi. Anynduil le plaignait, à cause de toute la paperasse à remplir, il ne devait pas s’amuser. Mais leur Ordre avait été soumis à rude épreuve, durant cette longue guerre, et leur mission ne se terminerait jamais. Aussi, tout cela était « normal ». Et puis, une certaine joie les faisait avancer, celle d’une paix bien méritée.


Soi réel



Code du règlement: Ok by Wyrda

Pseudonyme : Si vous êtes sages, je vous le dirai

Comment avez-vous connu ce forum : Je connais la Fondatrice, et c'est Lylou qui m'a annoncé la bonne nouvelle ^^

Autre chose ? : Fichtre, que je vous aime *o*









Dernière édition par Anynduil fils de Nenduil le Mar 8 Mai - 10:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anynduil fils de Nenduil
Bilingue/langue maternelle
Bilingue/langue maternelle
avatar

Age : 24

Fiche Personnelle
Race: Elfe
Groupe: Royaume elfique
Puissance magique:
550/1000  (550/1000)

MessageSujet: Re: Anynduil fils de Nenduil [VALIDE]   Lun 7 Mai - 22:27


Citation :

Physiques :

  • Épées, dagues, poignards : Moyen
  • Gourdins, marteaux, bâtons : Catastrophique
  • Lances, javelots : Catastrophique
  • Arcs, arbalètes : Excellent
  • Équitation : Moyen
  • Agilité : Supérieur à la moyenne
  • Force : Moyen
  • Résistance : Moyen


Psychiques :

  • Intelligence : Moyen
  • Instinct : Moyen
  • Réflexes : Moyen
  • Prestance/charisme : Supérieur à la moyenne
  • Patience/self contrôle : Moyen
  • Puissance mentale défensive : Inférieur à la moyenne
  • Puissance mentale offensive : Catastrophique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyrda
Bilingue/langue maternelle
Bilingue/langue maternelle
avatar


Fiche Personnelle
Race: Autre
Groupe: Sans racines
Puissance magique:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Anynduil fils de Nenduil [VALIDE]   Mar 8 Mai - 10:27

La fiche semble terminée mais le titre est toujours [en cours]. Qu'en est-il ? oO

_________________
Citation :
« Il n'y a point d'autre science que celle du destin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques.forums-actifs.com
Anynduil fils de Nenduil
Bilingue/langue maternelle
Bilingue/langue maternelle
avatar

Age : 24

Fiche Personnelle
Race: Elfe
Groupe: Royaume elfique
Puissance magique:
550/1000  (550/1000)

MessageSujet: Re: Anynduil fils de Nenduil [VALIDE]   Mar 8 Mai - 10:53

Eh bien elle est terminée, mais... Il sort d'où le [En cours] ? Je ne me rappelle pas l'avoir mis Oo Mon Dieu, je deviens fou scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyrda
Bilingue/langue maternelle
Bilingue/langue maternelle
avatar


Fiche Personnelle
Race: Autre
Groupe: Sans racines
Puissance magique:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Anynduil fils de Nenduil [VALIDE]   Mar 8 Mai - 11:03

Citation :
Fiche validée.

Niveau magique accordé : 550/1000
Connaissance d'ancien langage : langue maternelle

Argent de validation accordé : 10 + 9 (pour niveau de la fiche) + 15 = 34 pièces d'or

_________________
Citation :
« Il n'y a point d'autre science que celle du destin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anynduil fils de Nenduil [VALIDE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anynduil fils de Nenduil [VALIDE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bazouzou, fils de Papa Legba.
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Le fils de Michel François a été assasiné
» Un balais pour mon fils ! [matin] [Pv Martin]
» Chez Maître Vachon, tailleur de pères en fils.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Alagaësia :: Bases du jeu :: Présentation du personnage :: Personnages validés-
Sauter vers:  

Partenaires

Crédits

@Wirda